IL2 1946 movie(film) Une Patrouille Dangereuse

Venez lire les rapports illustés de nos missions
Avatar de l’utilisateur
hawax270
Messages : 51
Inscription : 18 mai 2016, 22:57

IL2 1946 movie(film) Une Patrouille Dangereuse

Message par hawax270 » 24 juillet 2016, 02:52

salut les gars c'est encore moi je vous présente ma deuxième vidéo cette fois en compagnie de Wulf et des nouveaux skin qu'il a confectionner de ces propre mains.
bon visionnage. :)
vous cherchez la perfection? la beauté? la terreur des airs? Alors choisissez le Messerschmitt BF109 :gunsmilie:
Image

Avatar de l’utilisateur
Belly
Messages : 165
Inscription : 16 juin 2015, 17:33

Re: IL2 1946 movie(film) Une Patrouille Dangereuse

Message par Belly » 24 juillet 2016, 09:10

Salut Hawax,

C'est sympa de partager tes travaux, Merci. On ressent que tu cherches à faire vivre l'action, c'est sympa ;)

Au cas où pour l'Italie, voici un livre à découvrir:
https://www.amazon.fr/Peter-Henn-Derni% ... ewpoints=1

Image

2 extraits:

Avant le débarquement en Sicile en 43:
Dans l’attente de notre ordre d’envol, nous jouions aux cartes, nous jetant des plaisanteries à la figure, cherchant mutuellement à nous insuffler du courage. Nous cherchions à oublier cette désagréable sensation dans la région de l’estomac, que nous éprouvions depuis que nous savions à quoi nous en tenir.
C’était le calme avant la tempête et nous en profitions.
D’ici que les Américains se fussent groupés, nous avions le temps de réfléchir. Deux heures environ nous séparaient du décollage.
Nous montions dans nos carlingues, nous en sortions ,marchions de long en large, fumions des cigarettes, les rejetions, nous nous allongions dans nos transats, pour nous relever trois minutes après, nerveux et surexcités. Une pensée nous obnubilait :
‘’ Sept cents contre quarante. Une proportion catastrophique ! Sacrifice inutile … c’est de la folie ‘’
Nous ne le disions pas, mais nous le pensions.
Pour me calmer, j’allais bavarder avec mon mécano :
- Tu as rebouché les trous d’hier ? Le moteur tourne t il rond ? Tire t il également sur les deux magnétos ? La radio est elle accordée ?
Toujours la même réponse : ‘’ Oui, oui, oui, mon lieutenant.’’
Au fond de moi même, j’espérais presque qu’au dernier moment, quelque chose clochât, mais aussitôt, j’eus honte et je me raisonnai :
‘’ Les autres aussi vont au casse pipes. LE fait qu’un avion soit indisponible donnerait à penser que son pilote est un lâche. Ce serait indigne de toi. Même si le moulin ne tourne pas rond, tant pis, tu monteras dedans ! Il le faut, ne serait ce que pour éviter de rebrousser chemin et obligé de déclarer à ton mécano :
‘’ Mon moteur cafouille, va donc voir ce qui ne va pas .’’
Tout pilote est passé par là. L’important c’est de faire son métier d’homme et de voir les choses en face, malgré tout.
Le fantassin, dans sa tranchée, sait, lui aussi, que les autres attaqueront en nombre. Mais il ignore, à l’avance, quel est le rapport des forces entre assaillant et défenseur. Il sursaute seulement quand il voit les vagues de chars se succéder, mais il se reprend vite. En général, dans des situations semblables, l’instinct l’emporte sur la logique et le raisonnement. On n’a pas le temps de réfléchir.
Par contre, nous les chasseurs, allongés dans nos transats devant le mess, nous avons largement le temps de peser le pour et le contre. Quelle épreuve pour les nerfs ! Les bonnes résolutions s’effritent ; on doit lutter contre soi même avant d’engager le combat contre l’adversaire. Je ne connais rien de pire que ces heures qui précèdent celle de la décision, ce répit avant l’envol.
Le haut parleur braille :
- Alerte renforcée, trois minutes !
Nous attendons, près de nos appareils ; trois minutes plus tard, nous devons être en l’air au dessus du terrain. Les nerfs sont à se rompre.
- Alerte immédiate !
Je monte dans ma carlingue ; le mécano grimpe sur l’aile et m’aide à boucler mes courroies. Maintenant, à tout moment, une fusée peut s’élever, signal du décollage. Un dernier coup d’œil sur les commandes, le temps d’ajuster le masque, de contrôler la souplesse du gouvernail de profondeur, le fonctionnement des soupapes des bouteilles d’oxygène et … d’attendre.
J’ai connu des alertes immédiates qui duraient des heures. Il suffit pour cela que la formation ennemie bifurque, qu’elle sorte du rayon d’action des Messerschmitt 109, ou, tout simplement qu’elle change d’objectif. C’est rarement le cas.
Aujourd’hui, je ne pense à rien et regarde fixement mon tableau de bord.
‘’ Peng… !’’ La fusée file au dessus de la tour de contrôle. Je mets les gaz, roule, décolle et rejoins les camarades avant de mettre le cap sur l’ennemi. L’autre groupe rallie et la formation fonce …
Suite au débarquement au Sicile
En moyenne, nous accomplissions deux à trois missions quotidiennes,parfois quatre. Nous étions chargés d'appuyer un groupe d'avions d'assaut basé à Viterbo. Cette unité, forte de 15 à vingt appareils, devait chaque jour et à plusieurs reprises, larguer des chargement de bombes sur la tête de pont. Il va de soi que, pour nous, chasseurs, ces missions n'avaient rien d'une partie de plaisir. Les chasseurs bombardiers, des FW190, volaient généralement à 6000M; nous même, nous les accompagnons en nombre égal répartis sur le côté, en avant et au dessus de la formation, formant parapluie. Arrivés au dessus de l'objectif, les FW piquaient avec leurs bombes de cinq cents kilos. Une partie des chasseurs piquaient, pendant que l'autre restait en l'air, protégeant l'opération. Les bombes étaient destinées soit aux positions avancées américaines, soit,dans les grandes occasions, aux bateaux de débarquement. Le piqué des bombardiers, filant vers le but à 650km/h, était l'affaire de quelques secondes. Ensuite, tout le monde reprenait ensemble le chemin des bases. Les missions d'accompagnement n'était pas toujours de tout repos. C'est même pour le chasseur, la tâche la plus désagréable qui soit. En premier lieu, il s'agit de couvrir l'appareil que l'on est charger de convoyer; pas question de foncer sur l'adversaire en supputant une victoire possible. Non! Chacun reste à sa place, bien sagement, les yeux ouverts, les oreilles attentives. Parfois, un ou deux américains isolés flânaient, bien en vue dans le secteur, attendant que la meute des Messerschmitt se rue à leur poursuite. Plus loin, cachés dans la coulisse, un groupe de Lightning ou de Thunderbolt, alertés par l'"appelant" se préparait à fondre sur la formation de bombardiers, leur véritable objectif. Les quelques minutes qui s'écoulaient entre le départ des chasseurs d'accompagnement et leur retour suffisaient aux P47 pour liquider les bombardiers et poursuivre les Bf109 en vadrouille. Donc le chasseur colle au bombardier comme le chien aux talon de son maître; son rôle est de servir de bouclier, si la formation est attaquée malgré la couverture de chasse, et de tendre le coup pendant que les bombardiers rentrent paisiblement au bercail. Tel était du moins le point de vue des chasseur de la Luftwaffe; dans une certaine proportion, il était juste.


De jour en jour, sinon d'heure en heure, les combats se faisaient plus acharnés;quand, après avoir survolé,le matin,la tête de pont, nous rentrions tant bien que mal,nous étions sûr de trouver,au début d'après midi, un paquet de chasseurs ennemis qui nous guettaient. Impossible de leur échapper. Il y'avait déjà longtemps que la chasse allemande n'appuyait plus l'infanterie durement engagée à terre. La moindre erreur, la moindre imprudence dans l'établissement d'une mission et notre groupe aurait cessé d'exister. Alors que, journellement, les chasseurs bombardiers américains étaient à même de pilonner dix à douze fois un même objectif, le fait que deux ou trois missions fussent accomplies dans le même laps de temps par dix ou quinze chasseur ou chasseur bombardiers allemands n'entrait pas en ligne de compte. Une nouvelle maladie ne tarda pas à se répandre parmi les pilotes allemands, la "psychose du Thunderbolt". Il se peut que nous ayons surestimé la menace, mais toujours est il que nous étions à même de constater les résultats. Soixante contre seize! Rien à faire, Nous sommes battus d'avance.

Belly

Avatar de l’utilisateur
hawax270
Messages : 51
Inscription : 18 mai 2016, 22:57

Re: IL2 1946 movie(film) Une Patrouille Dangereuse

Message par hawax270 » 24 juillet 2016, 16:18

merci à toi Belly c'est gentil :D et en plus je croie avoir vu ce mlivre a Art de Vivre (c'est un magasin en France) et je vient de regarder aujourd'hui un super documentaire sur Arte sur les deux grands inventeur du turboréacteur je te donne le lien si tu veux y jeter un coup d'œil :geek:

http://www.dailymotion.com/video/xr5cos ... cteur_tech
vous cherchez la perfection? la beauté? la terreur des airs? Alors choisissez le Messerschmitt BF109 :gunsmilie:
Image